Le haras des Bréviaires : site évènementiel de Rambouillet?

Le communiqué de presse rédigé par de nombreuses associations:

ASLE - Association St Léger Environnement - Olivier FAIVRE-DUBOZ
UAPNR (Union des Amis du Parc Naturel Régional de la Haute Vallée de Chevreuse - Catherine REINAUD
JADE - Jonction des Associations de Défense de l'Environnement - Dominique DUVAL
VIVRE A POIGNY - Didier SIROVATSKY
SAUVEGARDE DES MESNULS - F. DAZIN

Rambouillet Evenement communique sur la pérénité du site

Nos légitimes interrogations...

1/ L'urbanisme bafoué
Comment peut on implanter une structure de 15.000 m² (1,5 ha) sur une zone classée ND (non constructible) dans le POS de la commune des Bréviaires ?
Comment peut on aménager une zone agricole de 55.000 m²  (5,5 ha) en parkings (zone classée NC dans le POS) ?
Comment peut on faire de cette commune enclavée de 1.000 habitants le futur site évènementiel de RAMBOUILLET sans même avoir pris la peine d'informer les riverains, sans même avoir organisé une réunion publique d'information, sans même avoir pris la peine de concerter les associations locales de défense de l'environnement ?

2/ La réglementation administrative publique mystérieusement absente...
Le Conseil Général, propriétaire des lieux, ne devrait il pas passer un contrat d'exploitation avec la Société Rambouillet Evenement ?
Pourquoi ne trouve t on aucune trace de ce projet dans les délibérations du Conseil Général ?

3/ Les deniers du contribuables régulièrement utilisés ?
La réglementation publique contraint les collectivités à des procédures formelles visant à encadrer strictement les marchés publics au travers des procédures d'appel d'offre. Pourquoi ce projet semble t il échapper à cette règle ?
Ce prestigieux site a t il vocation à devenir le futur amphithéâtre d'evenements musicaux tel que le concert des années 80?

4/ Et la remise en état ?
Nous rappelons que le caractère provisoire de cette infrastructure est limité dans le temps, et qu'il appartient à la mairie de faire procéder à la remise en état initial dans un délai de trois mois après le début des travaux, conformément à l'article R421-5 du code d'urbanisme (La durée d'une manifestation culturelle, commerciale, touristique ou sportive, dans la limite d'un an, en ce qui concerne les constructions ou installations temporaires directement liées à cette manifestation.), ainsi qu'à l'article R421-6:(Dans les secteurs sauvegardés dont le périmètre a été délimité et dans les sites classés, la durée d'un an mentionné au d de l'article R. 421-5 est limitée à trois mois.)
Cliquez pour agrandir l'image

Des zones protégées que l'on urbanise

AIDEZ NOUS ! 

En vous faisant connaître, en restant informé, vous nous aidez à nous mobiliser...

EMail :  
 


Contactez l'auteur à olivier@faivre-duboz.fr